Pourquoi dépister tôt un trouble d’apprentissage spécifique et référer ?

Comment repérer un trouble d’apprentissage spécifique ?

Karine Boom, orthophoniste

aide-aux-devoirs-sosprof-21

Saviez-vous que 5 à 10 % des enfants scolarisés présenteraient un trouble d’apprentissage spécifique tel que la dyslexie/dysorthographie et/ou la dyscalculie. La dyslexie est une condition neurobiologique qui persiste durant toute la vie et qui est souvent accompagnée d’un trouble déficitaire de l’attention pour environ 40 % de ceux-ci. Les mécanismes d’identification de mots ne sont pas assez rapides et efficaces, ce qui nécessite alors trop de ressources cognitives et attentionnelles pour être capable de comprendre des textes écrits.

 

Pourquoi dépister et référer tôt?

  • Ce type de trouble entraine une perte d’estime de la personne qui le vit. Chaque jour, elle fait face à l’échec et surtout à une incompréhension de ce qui se passe, car dans le cas de trouble d’apprentissage spécifique, le potentiel intellectuel et les performances langagières à l’oral sont bons. Les parents peuvent aussi être excédés, car ils comprennent les enjeux de la maîtrise de la compétence en lecture et ne comprennent pas pourquoi cet apprentissage est si laborieux. Certains jeunes risqueront ainsi de ne pas poursuivre leur scolarité. Or, plus tôt ces jeunes seront soutenus et mieux ils se débrouilleront dans leur vie scolaire puis professionnelle.
  • Enfin, au- delà d’une conclusion menant à valider la présence d’une dyslexie/dysorthographie, il faut référer tôt, car l’imagerie cérébrale fait état d’une hypoactivité du cerveau chez le jeune à risque dès l’âge de 7 ans et montre que celle-ci peut être compensée par une activation d’autres aires cérébrales grâce à une rééducation. Cette rééducation, essentiellement orthophonique, est nécessaire, car souvent, les enfants DL/DO ont des difficultés de traitement phonologique (ils manipulent mal les phonèmes de notre langue), et/ou parfois ont des troubles de traitement visuel et/ou séquentiel, des difficultés attentionnelles et de mémoire. L’orthophoniste est un partenaire essentiel dans ce type d’évaluation, car les DL/DO ont parfois encore des troubles phonologiques subtils et il sera important, parfois avant même l’apprentissage donc vers 5 ans, de vérifier l’intégrité de tous les systèmes à l’oral, et ce, afin de fournir de bonnes aides pédagogiques de soutien. Par exemple, aucune aide technologique n’aidera un jeune qui présenterait également des difficultés de compréhension à l’oral. 80 % des enfants qui ont un trouble d’apprentissage au sens large ont des troubles de langage. Une évaluation globale du langage en modalité orale et écrite s’avère donc pertinente, car elle permet de bien cibler tous les besoins de communication!


Voici donc, selon les sources citées ci-dessous qui vulgarisent l’information, les facteurs dont on peut tenir compte :

Il sera important de tenir compte de plusieurs indicateurs et non d’un seul. Ceci est donné à titre indicatif; un professionnel reconnu est le seul à avoir les compétences reconnues et le matériel d’évaluation requis pour valider une hypothèse de trouble d’apprentissage spécifique.

Indicateurs par âge :(Établis sur base de la liste du Dr Hornsby)


En maternelle 5 ans, avant l’apprentissage :

-Facteurs génétiques de difficultés d’apprentissage (lecture lente, orthographe déficiente) de membres de la famille;
-Latéralité non acquise, confusion gauche-droite, difficulté spatio-temporelle (ex. à se situer dans le temps ou l’espace);
-Habiletés orales immatures;
-Difficulté à dénommer des objets (accès lexical);
-Difficulté à détecter des rimes (conscience syllabique).

En sus, jusqu’à la 2e année, d’autres indicateurs s’ajoutent :

-Apprentissage ardu de l’alphabet et des sons que les lettres représentent;
-Difficulté à assembler les sons pour former syllabes et mots;
-Incapacité à lire à part quelques mots simples;
-Incapacité à réaliser des tâches de conscience phonologique (trouver des rimes, décomposer oralement des mots en ces différents sons, etc…).

En lecture, liste des erreurs qui doivent alerter et conduire à demander une évaluation orthophonique dès l’âge de 7 ans :

-Inverser des lettres à l’intérieur de mots;
-Confondre auditivement des sons et particulièrement des sons proches quant au lieu d’articulation (v/f, p/b, t/d, c/g, s/z, ch/j ou encore p/t/k, m/n…);
-Omettre des lettres;
-Substituer des mots.


En sus, dès l’âge de 9 ans :(4e année):


-Confondre visuellement des lettres (q/p, ou/on…);
-Commettre des erreurs de reconnaissance de sons complexes (ail, euil…);
-Inventer plutôt que lire l’histoire, deviner les mots ou en ajouter;
-Lire avec lenteur, hésiter et lire de façon monotone sans tenir compte de la ponctuation;
-Perdre souvent le fil de la lecture.


En orthographe et composition de textes dès l’âge de 7ans :


-Ne pas être capable d’écrire le graphème associé à un son donné ou d’écrire les lettres sur base de leurs noms;
-Ajouter des syllabes;
-Faire les mêmes confusions auditives qu’en lecture;
-Faire des confusions visuelles en copie.

 

En sus, dès l’âge de 8 ans(3e année) :

-Omettre des lettres ou syllabes;
-Inverser des lettres ou syllabes.

 

En sus, dès l’âge de 9 ans (4e année) :

-Découper les mots au mauvais endroit (ex. écrire deux mots en un ou un mot écrit en deux parties);
-Avoir des difficultés séquentielles, d’assemblage de lettres;
-Écrire les mots aux sons.


Pour en savoir plus sur la dyslexie, cliquez sur le lien ci-dessous et suivez la formation en ligne sur la dyslexie qui vous donnera encore plus d’informations sur cette problématique, dont des tests informels. Vous pourrez ensuite référer votre élève ou votre enfant à un professionnel reconnu par un ordre professionnel qui sera à même de réaliser cette évaluation.


Ressources :


-ANAPEDYS

http://www.dyslexia-international.org/ONL/FR/Course/Intro.htm
-Cerveau et psycho –revue bimestrielle de novembre-décembre 2012
-L’Essentiel «Donner l’envie d’apprendre»-revue août-octobre 2012