Métro, boulot, dodo : des routines qui font du bien !

 

Par Audrey Thauvette, psychoéducatrice

 

La journée d’un enfant rime avec « métro, boulot, dodo ». Entre le réveil, le déjeuner, l’école, le service de garde, les activités parascolaires, les devoirs, le bain, le temps en famille et le coucher, les enfants mènent un rythme de vie effréné. Par chance, plusieurs gestes quotidiens (sommeil, repas, soins d’hygiène) répétés à tous les jours dans le même ordre permettent d’alléger cette cadence. C’est ce qu’on appelle des routines.

Pourquoi instaurer des routines ?

Les routines sont essentielles au développement de l’enfant puisqu’elles :

  • Assurent un sentiment de confiance et de sécurité;

  • Développent l’autonomie;

  • Améliorent la capacité à s’affirmer;

  • Aident à se situer dans le temps;

  • Suscitent l’anticipation.

L’établissement de routines claires et précises rassure les enfants, car la suite des événements est prévisible et définie dans le temps. Le fait d’être dans un environnement structuré où il peut anticiper ce qui s’en vient permet à l’enfant de se préparer psychologiquement : il est alors moins stressé, se sent bien et en sécurité.

Quand on répète jour après jour des séquences de comportements, des automatismes se développent. Le niveau d’attention et de concentration requis pour l’exécution des tâches est alors moindre. Pensez-y, lorsque vous avez appris à pédaler à vélo, vous deviez vous concentrer sur le mouvement de vos jambes, le maintien de votre équilibre, la direction du guidon tout en observant la route et en évitant les obstacles. Avec de la pratique, vous réussissez maintenant à pédaler sans réfléchir à tous ces gestes ; vous le faites sur le « pilote automatique ».

À moyen et long terme, les automatismes améliorent l’efficacité de l’enfant, favorisent le développement de leur autonomie, diminuent le temps d’exécution et réduisent la répétition des consignes par les parents. En effet, un enfant qui a intégré une routine est en mesure de l’exécuter sans argumenter et sans que ses parents aient à lui répéter les étapes.

À qui s’adressent les routines ?

Tous les enfants bénéficient des routines, mais particulièrement les plus jeunes et ceux ayant des difficultés d’adaptation d’ordre comportemental puisque les routines aident à pallier à leurs difficultés (capacité d’attention, de concentration, de planification et d’organisation).

Les moments propices aux routines

Il est possible de créer des routines pour l’ensemble de vos activités qui reviennent quotidiennement, soit :

  • Le lever ;

  • Les repas ;

  • Le coucher ;

  • La période des devoirs et des leçons ;

  • Les tâches.

L’importance de la routine du coucher

La routine du coucher est drôlement importante puisqu’elle favorise l’endormissement et la qualité du sommeil. Les études établissent un lien entre le ma

nque de sommeil et l’hyperactivité émotionnelle. Saviez-vous que le manque de sommeil rend irritable, émotif, plus enclin à l’opposition et aux crises, augmente les symptômes d’anxiété, diminue le niveau d’attention et de concentration ainsi que la capacité à porter un jugement critique et à se raisonner soi-même ? C’est pourquoi la National Sleep Foundation recommande, pour un enfant âgé de 3 à 5 ans, de 11 à 14 heures de sommeil par nuit, et de 10 à 13 heures pour un enfant âgé de 6 à 13 ans.

Des images pour intégrer des routines

Pour aider les enfants à assimiler des routines, rien de mieux que des séquences imagées et des pictogrammes placés à la vue et pratiqués régulièrement avec l’aide des parents. La mise en place de nouvelles routines demande du temps et de l’énergie. Pour maximiser l’engagement et la motivation des enfants face aux nouvelles routines, faites-les participer à l’élaboration des étapes et des images et partagez-leur le plaisir d’exécuter une routine pour éviter qu’ils l’associent à une corvée. À long terme, les routines représenteront une grande économie de temps et d’efforts.

Références :

Cantin, G. L’importance des routines chez l’enfant. Repéré à http://naitreetgrandir.com/fr/etape/1_3_ans/soins/ fiche.aspx?doc=importance-routine-enfant

Hébert, A. (2016). Anxiété, la boîte à outils : stratégies et techniques pour gérer l’anxiété. Éditions de Mortagne.

Hébert, A. (2015). TDA/H, la boîte à outils : stratégies et techniques pour gérer le TDA/H, Éditions de Mortagne.

Moreschi, C. L’importance de la routine chez l’enfant. Repéré à http://www.canalvie.com/famille/education-et-comportement/articles-education-et-comportement/l-importance-de-la-routine-chez-l-enfant-1.1434481