Comment savoir si votre enfant est prêt pour l’école ?

Audrey Thauvette, psychoéducatricepréparation scolaire sosprof

Une nouvelle année scolaire est à nos portes. Pour plusieurs enfants, il s’agira de l’entrée en 1re année. Cette transition implique une foule de changements et de nouveautés (personnes en autorité, environnement, routines plus strictes, règles à intégrer, apprentissages formels, évaluations, devoirs et leçons, etc.). Le passage entre la maternelle et la 1re année du primaire est, en effet, une étape cruciale du développement de l’enfant qui demande d’être bien préparé. Mais que signifie être prêt ?

 

Qu’est-ce que la préparation scolaire ?

La préparation à l’école, aussi appelée maturité scolaire, est une mesure prise à la maternelle par l’entremise d’un questionnaire qui évalue la capacité de l’enfant à être prêt à intégrer le parcours scolaire du primaire et à apprendre. La préparation scolaire indique si l’enfant est prédisposé à profiter des situations éducatives et sociales offertes par ses milieux de vie pour s’épanouir, se développer et apprendre. Le niveau de préparation scolaire est un bon indicateur de l’état développement global de l’enfant et de sa trajectoire à plus long terme. Elle englobe cinq domaines développementaux, soit :

  • Santé physique et bien-être

Développement physique général, motricité (fine et globale), alimentation et habillement, propreté, ponctualité, état d’éveil

 

  • Compétence sociale

Habiletés sociales, confiance en soi, sens des responsabilités, curiosité, respect des pairs et des adultes, respect des règles et des routines de la classe, habitude de travail, autonomie

 

  • Maturité affective

Comportement social et entraide, crainte et anxiété, comportement agressif, hyperactivité et inattention, expression des émotions

 

  • Développement cognitif et langagier

Intérêt et habiletés en lecture, en écriture et en mathématiques, utilisation adéquate du langage

 

  • Habiletés de communication et connaissances générales

Connaissances générales, capacité à comprendre les autres, articulation claire, capacité à communiquer de façon à être compris

 

Chaque enfant étant unique, ces sphères du développement se déploient à des degrés différents selon le vécu de chacun. Entre 0 et 6 ans, chaque enfant évolue à son rythme dépendamment des facteurs génétiques, périnataux, neurodéveloppementaux, individuels, familiaux, sociaux, scolaires et sociétaux qui influencent son développement global et, par le fait même, modèrent son niveau de préparation scolaire. En ce sens, ce ne sont pas tous les enfants qui, à leur entrée au primaire, ont le bagage nécessaire. L’Agence de la santé et des services sociaux de Montréal révèle d’ailleurs, dans une étude menée en 2008, que près de 35% des Montréalais sont vulnérables dans un des cinq domaines, le développement cognitif et langagier étant le plus affecté.

 


Le rôle des différents acteurs de soutien

Les centres de la petite enfance et les écoles préscolaires contribuent au développement du jeune enfant. Non seulement ces environnements permettent à l’enfant de découvrir le fonctionnement en groupe, de respecter des règles et des consignes variées et de suivre des routines, mais ils lui offrent également des occasions de s’affirmer, d’établir des relations sociales avec d’autres enfants, de faire confiance à d’autres personnes, de se séparer de ses parents et de communiquer pour se faire comprendre. En effet, ces institutions ont comme mandat de stimuler les différentes sphères du développement pour actualiser le potentiel de chaque enfant et le préparer à son entrée au primaire. Pour mesurer le niveau de préparation scolaire, le ministère de l’Éducation, du Loisir et du Sport cible d’ailleurs, dans son Programme de formation de l’école québécoise, six compétences que l’enfant doit développer au cours de son parcours au préscolaire.

Ce n’est pas parce que votre enfant n’a pas fréquenté un milieu de garde ou la maternelle qu’il n’est pas prêt pour autant. Le milieu familial en soi, lorsqu’il est stimulant et enrichissant, peut s’avérer une école d’apprentissage inouïe.

En tant que parent, votre rôle est essentiel. C’est d’abord à la maison que l’enfant apprend et s’épanouit. Soyez à l’affût des forces de votre enfant pour maximiser ses apprentissages et actualiser ses faiblesses. Accompagnez votre enfant et soutenez-le dans ses apprentissages tout au long de sa petite enfance. Votre implication et votre engagement favoriseront le déploiement des sphères plus vulnérables et sauront pallier ses lacunes.


Quelques idées pour stimuler et préparer le passage du préscolaire au primaire

 

Santé physique et bien-être

  • Diversifier l’alimentation (goûts, textures, types de cuisine)
  • Bouger (grimper, courir, sauter, lancer, attraper, découper, tracer)
  • Instaurer des routines (au coucher, au réveil, habillement)

 

Compétence sociale

  • Encourager votre enfant à jouer avec d’autres enfants (au parc, activités coopératives, camp de jour)
  • Jouer à des jeux de société en famille (attendre son tour, respect des règles)
  • Aider votre enfant à trouver des solutions pour régler ses conflits
  • Favoriser l’autonomie (ranger ses jouets, s’habiller, aller à la toilette, faire des choix)
  • Encourager et valoriser les bonnes actions pour développer la confiance en soi

 

Maturité affective

  • Demander à votre enfant d’exprimer ses émotions et ses besoins
  • Aider votre enfant à réguler ses émotions pacifiquement
  • Aider votre enfant à contrôler ses gestes (marcher lentement, moduler le ton de voix, patienter)
  • Encourager votre enfant à explorer son environnement

 

Développement cognitif et langagier

  • Pour l’éveil à l’écrit : jouer avec les mots (devinettes, rimes, mots commençant par la lettre…), les lettres, les chiffres, les sons, les couleurs, les formes, les textures
  • Lire des histoires
  • Poser des questions ouvertes
  • Pour l’éveil aux mathématiques : compter, sérier, classer des objets par catégories, faire des casse-têtes, initier le langage mathématique (plus petit, plus, moins, ajouter, soustraire)

 

Habiletés de communication et connaissances générales

  • Discuter avec son enfant (tour de parole, écoute)
  • Explorer votre quartier
  • Jouer à des jeux symboliques (faire semblant : cuisinier, espion, princesse)
  • Comme le niveau de préparation scolaire de l’enfant est étroitement lié à sa réussite scolaire, son adaptation sociale et son développement global, il ne faut pas sous-estimer l’importance de la petite enfance et le rôle majeur des acteurs de soutien. D’où l’importance d’une intervention précoce pour stimuler le développement de l’enfant dans l’ensemble des domaines développementaux et favoriser une meilleure préparation scolaire.

 

Sources :

  • Direction de santé publique de l’Agence de la santé et des services sociaux de Montréal. (2008). Enquête sur la maturité scolaire des enfants montréalais : Rapport régional, 2008. Montréal : Gouvernement du Québec.
  • Ministère de l’Éducation, du Loisir et du Sport. (2006). Programme de formation de l’école québécoise : version approuvée. Québec : Gouvernement du Québec.
  • Charbonniaud, M. (2009). Préparer son enfant à l’école. Montréal, Québec : Éditions du CHU Sainte-Justine.