Valoriser les comportements attendus !

Par Audrey Thauvette, psychoéducatrice.

L’enfant n’apprend pas ce qu’on lui dit, il apprend ce qu’on lui enseigne. « Non ! », « arrête de faire ceci » ou « ne fais pas ça » sont des réactions qu’on a tendance à avoir face aux comportements négatifs de l’enfant. Pourtant, ce n’est pas aussi efficace qu’on peut le croire. En effet, en intervenant de la sorte, l’enfant entend ce qu’il n’a pas le droit de faire, mais ne sait pas ce à quoi on s’attend de lui, ni quel comportement il doit adopter pour bien se comporter. Par exemple, lorsqu’un enfant court dans un endroit où il n’y est pas autorisé, on lui dit « arrête de courir ! ». L’enfant sait alors qu’il ne doit pas courir, mais ne sait pas quel comportement de remplacement adopter. Devrait-il sauter, marcher, ramper, gambader ?

 

Enseignement explicite des comportements attendus

C’est à nous de lui enseigner les comportements attendus. Pour ce faire, il faut d’abord montrer l’exemple (modéliser) du comportement attendu à l’enfant, puis lui nommer les attentes de façon claire et univoque en lui expliquant le bien-fondé du comportement à adopter et en lui donnant des exemples et des contre-exemples. Enfin, lorsque l’enfant met en pratique le comportement désiré en présence de l’adulte (pratique guidée), il est primordial qu’il reçoive de la rétroaction afin de s’améliorer et de parvenir à l’effectuer seul (pratique autonome).

 

Miser sur le positif

L’art de la valorisation n’est pas simple. Il est tout à fait humain de réagir rapidement face aux comportements indésirables. On a tendance à repérer ce qui ne va pas plutôt que ce qui va bien et à réprimander les mauvais comportements plutôt qu’à encourager et valoriser les bons comportements. Toutefois, les études le démontrent : le renforcement est beaucoup plus efficace que la punition face aux comportements indésirables.

Pour encourager l’adoption des comportements attendus et favoriser le maintien des apprentissages, la valorisation et le renforcement positif sont des stratégies à privilégier puisqu’elles augmentent la probabilité que le comportement se produise de nouveau. En effet, si on accorde de l’attention à l’enfant uniquement lorsqu’il commet des écarts de conduite, il aura tendance à agir négativement pour attirer l’attention. Dans le même ordre d’idée, un comportement adapté qui n’est suivi d’aucune rétroaction positive a moins de chance d’être reproduit. C’est pourquoi il importe de changer ses lunettes et de s’efforcer à repérer les comportements positifs de l’enfant pour le valoriser. L’intérêt porté envers les comportements adaptés doit être réel et senti.

 

Analogie du compte de banque

Égide Royer, psychologue et professeur titulaire en adaptation scolaire à la Faculté des sciences de l’éducation de l’Université Laval, illustre l’importance des interactions positives avec l’analogie d’un compte en banque. Plus l’enfant reçoit des commentaires positifs (dépôt), plus il est ensuite facile de souligner un élément négatif (retrait) puisqu’un dépôt a été effectué préalablement. L’important dans ce procédé est de toujours garder un solde positif. En effet, le ratio devrait être de 4 interactions positives pour 1 interaction négative.

 

Différentes formes de renforcement positif

Le renforcement positif peut prendre différentes formes :

  • Renforcements sociaux: renforcements intangibles et non matériels (éloges, félicitations, compliments, remerciements, clin d’œil, sourire, pouce en l’air, applaudissements, câlins) ;
  • Renforcements tangibles: renforcements matériels (jetons ou coupons à échanger contre un bien, points, collants, bonbons, privilèges, activités spéciales, surprises, certificats).

 

Les bienfaits du renforcement positif

En plus d’encourager l’adoption et le maintien des bons comportements tout en décourageant la désobéissance et les comportements négatifs, le renforcement positif suscite la motivation de l’enfant à adopter les comportements désirés et l’amène à se responsabiliser face aux choix qu’il prend. Il contribue également à développer une meilleure estime de soi et à renforcer le lien affectif entre le parent et l’enfant.

 

Conséquences éducatives

Bien sûr, l’enfant a parfois des écarts de conduite. Plutôt que de recourir à la punition qui est désagréable et sans lien logique avec le geste négatif commis, il vaut mieux utiliser la conséquence formative. Celle-ci est étroitement liée au comportement indésirable et contribue à enseigner à l’enfant le comportement désiré. Reprenons l’exemple de l’enfant qui court dans un lieu où il n’y est pas autorisé. Plutôt que de lui dire « arrête de courir ! », demandez-lui de refaire le chemin en marchant. La pratique du comportement désiré est d’ailleurs l’une des conséquences éducatives les plus puissantes. La conséquence logique et éducative est centrée sur la recherche de solution plutôt que sur la faute.

Le geste de réparation est également une forme de conséquence éducative puisque l’enfant apprend à réparer les torts qu’il a causés. Voici quelques exemples de gestes de réparation : excuses verbales, lettre d’excuses, réparer un objet brisé, laver un objet sali, rendre un service à un pair, etc.

Pour s’assurer que la conséquence donnée à l’enfant soit éducative, il faut se questionner sur le but éducatif de la conséquence et voir de quelle façon s’y prendre pour s’assurer que l’enfant a appris le comportement souhaité.

Évidemment, certains comportements n’ont pas de conséquence logique associée. Face à une telle situation, l’intervention la moins efficace est le laisser-faire, car en n’intervenant pas, on laisse sous-entendre que le comportement négatif est acceptable. Dans ces cas, la punition prévaut au laisser-faire.

 

Pour aller plus loin…

Sachez que pour renforcer les bons comportements de l’enfant, des systèmes de renforcement, des tableaux de motivation et des systèmes d’émulation peuvent être utilisés pour l’encourager et l’impliquer. Si vous désirez en connaître davantage sur les systèmes de renforcement positif, consultez l’article Système de renforcement : pour motiver et impliquer vos enfants !, écrit par la psychoéducatrice Fanny Rainville-Bonin.

 

 

Références :

Apprendre à éduquer. (2015). [Outil d’éducation positive] : comment valoriser les petites choses qui facilitent le quotidien par le renforcement positif ? Repéré à : http://apprendreaeduquer.fr/valoriser-enfant-renforcement-positif/

Bissonnette, S. (2017). L’enseignement explicite des comportements : pour une gestion efficace des élèves en classe et dans l’école. Chenelière Éducation.

Handfield, C. & Vigneault, A. (2015). Enfants et comportements : une bonne idée, les récompenses ? Repéré à : http://www.lapresse.ca/vivre/famille/vie-de-famille/201511/16/01-4921428-enfants-et-comportement-une-bonne-idee-les-recompenses.php

Leclerc, S. Trucs et conseils pour valoriser l’enfant. Repéré à : https://www.educatout.com/outils/trucs-et-astuces/les-indispensables/trucs-et-conseils-pour-valoriser-l-enfant.htm