Les fonctions exécutives : si méconnues dans le développement de l’enfant

Par Lyakout Mohamed Saïd, M.Sc., Clinique Évolution

Les fonctions exécutives sont méconnues, mais si importantes pour le développement des jeunes.

 

Votre enfant a du mal à suivre les consignes et/ou à exécuter des tâches complexes. Il a de la difficulté à gérer certaines émotions et/ou à résister à la tentation…Et s’il n’y avait pas qu’une seule piste d’explication pour tout cela?

 

Petite vidéo amusante à propos d’une expérience sur le contrôle de soi (en anglais)

Les fonctions exécutives, des habiletés importantes pour l’apprentissage

 

Lorsqu’on fait référence aux fonctions exécutives, on parle, entre autres, de trois grandes habiletés :

 

1) La capacité d’inhibition

Grâce à laquelle on évite de réagir de manière impulsive et qui nous permet de bloquer des réactions pouvant interférer avec la réalisation d’un but précis ou d’une tâche à réaliser.

 

En tant qu’orthophoniste, je rencontre des jeunes particulièrement impulsifs, qui se mettent en colère facilement, ou qui ont du mal à attendre et gérer leur comportement en vue d’une récompense si celle-ci doit venir plus tard. Après quelques recherches, j’en suis venue à soupçonner des difficultés exécutives.

 

2) La mémoire de travail

Celle-ci nous permet de retenir des informations, de les manipuler mentalement et de les utiliser dans un laps de temps restreint. Par exemple, se souvenir des éléments principaux d’une histoire lue, épeler un mot ou encore faire un calcul mental font appel à la mémoire de travail. Plus l’information à manipuler est complexe, plus la mémoire de travail est sollicitée.

 

Dans ma pratique, je rencontre des enfants ayant des difficultés à épeler des mots, ce qui peut être en lien avec des difficultés de mémoire de travail, car il faut retenir en mémoire l’orthographe du mot et garder une trace des lettres dites et celles qu’il reste à identifier. Lire un texte exige de conserver des informations en mémoire de travail au fur et à mesure afin de comprendre le texte (se faire un film dans sa tête). Les enfants dyslexiques ont souvent leur mémoire de travail excessivement sollicitée pour le décodage des mots et n’ont souvent plus assez de ressources pour se faire un film des informations lues.

 

3) La flexibilité mentale

Elle nous permet d’être souples face à une ou plusieurs tâches. Ainsi nous mobilisons les habiletés nécessaires pour exécuter une tâche, nous pouvons changer de stratégie au besoin, prendre en compte des points de vue différents, trouver la solution à un problème de différentes manières, etc.

La flexibilité mentale est fréquemment sollicitée au quotidien, par exemple, lors de travaux d’équipe ou lors d’ateliers pratiques à l’école où il faut se concentrer sur son travail, mais aussi  écouter ses coéquipiers ou son enseignant, ou passer à une autre tâche en fonction de l’évolution du projet.

Pour les enfants, la résolution de problèmes (en mathématiques, par exemple) et la créativité en général peuvent faire appel à la flexibilité mentale, car ce sont des situations où le jeune doit considérer les différents moyens de trouver une solution.

 

Vous aimez cet article? Voici une autre lecture qui saura vous plaire:

La conscience du langage pour les apprentissages scolaires

L’impact des fonctions exécutives sur le développement des jeunes

Il va sans dire que les fonctions exécutives ont une importance cruciale pour les apprentissages scolaires et la socialisation.

Ces habiletés permettent au jeune, entre autres choses, de:

  • Planifier et s’organiser surveiller sa performance lors d’une tâche et s’ajuster en cours de route;
  • Apprendre une tâche nouvelle et de complexité variable;
  • Réguler ses émotions;
  • Éviter les décisions ou les réactions impulsives.

 

Sans que nous en ayons vraiment conscience, rédiger un texte, par exemple, sollicite nos fonctions exécutives. En effet, pour produire un texte, nous devons nous concentrer, réfléchir à son contenu, planifier la rédaction, organiser nos idées, respecter un ensemble de règles (grammaticales, orthographiques, chronologiques), veiller à la cohérence et à la structure du texte, etc.

La régulation des émotions, quant à elle, permet au jeune de ne pas se mettre en colère trop facilement contre les autres et d’éviter les crises.

 

Dépistage neuropsychologique

C’est le travail du neuropsychologue d’évaluer les fonctions exécutives et de conclure à un déficit de celles-ci. D’autres professionnels, comme les orthophonistes, peuvent repérer certains signes de difficultés, faire une référence en neuropsychologie ou encore vous proposer des stratégies (voir plus bas).

 

Quelques astuces pour vous aider

Tout comme d’autres habiletés, les fonctions exécutives peuvent se travailler pour s’améliorer. Ce sera le travail du thérapeute de concevoir un plan d’intervention et de traitement en fonctions des besoins et des capacités de chaque enfant. Mais voici quelques astuces à mettre en place pour commencer :

  • Structurer et segmenter les tâches complexes et difficiles;
  • Élaborer des listes de priorités avec votre enfant pour l’aider à s’organiser;
  • Jouer à des jeux de rôles pour mieux gérer ses émotions;
  • Utiliser un support imagé (calendrier, schéma…) pour aider la compréhension et faciliter l’organisation des idées.

Pour aller plus loin, nous vous proposons un lien utile pour plus d’informations et des conseils pratiques (en anglais seulement) :

https://www.understood.org/en/about/search-results?q=executive%20function

 

Source :

Diamond, A. (2013). Executive functions. Annual review of psychology 64, 135-168.