Mes activités préférées pour la conscience phonologique!

Nicole Carty, orthophoniste

 

Au préscolaire, sont prédicteurs des capacités d’apprentissage de la lecture/orthographe, les connaissances alphabétiques, c’est-à-dire, la capacité à nommer les lettres de l’alphabet et les reconnaître. Aussi, la capacité à produire les sons correspondants aux lettres de l’alphabet est également un prérequis. Enfin, INDISSE nous rappelle qu’entre 80 à 90% des élèves en difficulté d’apprentissage de la lecture/orthographe, ont des difficultés en conscience phonologique.

La conscience phonologique regroupe un ensemble de capacités à manipuler les mots dans une phrase et les syllabes dans les mots.

La conscience phonémique est encore plus précise : il s’agit de la capacité à manipuler les phonèmes, c’est-à-dire des sons qui sont combinés pour former des mots.

La langue française compte environ 36 phonèmes : c’est tout un défi! Alors, rappelez-vous : pour y arriver, l’enfant a besoin de s’y reprendre à petites doses, à de nombreuses reprises, plusieurs fois par semaine.

 

Voici mes activités préférées en matière d’apprentissage des lettres de l’alphabet, des syllabes et des sons.

 

Pour apprendre les lettres de l’alphabet :

  1. Chanter la comptine de l’alphabet en pointant les lettres de l’alphabet ou, inversement, dire les lettres de l’alphabet si c’est l’enfant qui pointe;

 

  1. Jouer au loto des lettres de l’alphabet : Acheter deux casse-têtes de l’alphabet. Mettre les lettres dans un pot et tirer chacun à son tour une lettre;

 

  1. Demander à l’enfant quel mot il aimerait écrire ou son mot préféré. L’écrire pour lui ou le composer à partir de lettres mobiles.
    1. Pour les lettres mobiles, selon les capacités de l’enfant :
      • Lui demander de copier le mot écrit avec les lettres mobiles sur un papier;
      • « Casser » le puzzle (= mot) et demander à l’enfant de le reconstituer;
    2. Pour les mots écrits, selon les capacités de l’enfant:
      • Demander à l’enfant de passer sur les lettres du mot écrit avec un marqueur fluo ou, inversement, écrire avec un marqueur fluo et lui demander de passer dessus avec un stylo;
      • Selon les capacités de l’enfant, lui demander de copier le mot écrit ;

 

  1. Lors d’une lecture partagée de livre :
    • S’il y a des mots qui sont écrits plus gros ou en gras, nommer les lettres qui les composent, et dites à quel mot cela correspond. Selon Shayne et collab. (2012), de simples petites modifications comme celles-ci peuvent avoir un impact solide, à long terme, sur les capacités en lecture et en orthographe de l’enfant.
    • S’il y a des mots qui se répètent souvent, lui demander d’identifier le même mot que le mot cible, en lui expliquant qu’il est écrit plusieurs fois sur la même page.

 

  1. Le bonhomme pendu (adapté) :
    1. Demandez à l’enfant ses mots préférés. Écrivez-les pour lui. À la limite, faites un sketch à côté de chaque mot.
    2. Demandez-lui de choisir un des mots. Écrivez les numéros sous les lettres de ce mot. Ensuite, donnez-lui la feuille et commencez le jeu comme si vous ne connaissiez pas le mot.
    3. Demandez-lui combien de lettres il y a dans le mot et tracez vos traits pour chaque lettre, en conséquence, avec les numéros dessous. Demandez-lui s’il y a telle ou telle lettre dans son mot, tout en écrivant la lettre que vous demandez, en haut de votre page, pour qu’il puisse bien l’identifier.
    4. Variez entre les lettres qui sont difficiles pour lui, et les lettres qu’il connaît bien. Variez entre les lettres qui sont contenues dans le mot et celles qui ne le sont pas. À la limite, assurez-vous de perdre et il devra compléter les lettres manquantes sur vos traits.

Habituellement, les enfants apprécient ce jeu de mystère/suspense, même si l’adulte sait exactement ce qu’il en est!


La conscience phonologique :

  1. Les mots :

  • À l’oral : Taper le nombre de mots entendus dans la phrase.
  • À l’écrit : Compter le nombre de mots dans la phrase écrite.
  1. Les syllabes :

  • À l’oral :
    • Taper le nombre de syllabes entendues dans les mots.
    • À partir d’un paquet de cartes d’objets/animaux familiers illustrés, faites des devinettes. Assurez-vous d’offrir l’indice de la première syllabe du mot ciblé, à l’enfant, avant de lui fournir la réponse, au besoin.
  • À l’écrit :
    • Mettre des barres pour séparer les mots écrits en syllabes.
    • Avec les lettres mobiles, séparer les mots en syllabes.
    • Toujours avec les lettres mobiles, déplacer une syllabe à la fois de manière à créer un non-mot. Par exemple, déplacer la première syllabe à la fin du mot. Ou, déplacer la dernière syllabe au début du mot.

La conscience phonémique

  1. L’identification :
  • À l’oral :
    • Taper la main sur la table si l’on entend le son cible :
      1. Au début du mot;
      2. À la fin d’un mot;
      3. Au milieu d’un mot;
    • À partir d’un paquet de cartes d’objets/animaux familiers illustrés, faites des devinettes. Assurez-vous d’offrir l’indice du premier son du mot cible, à l’enfant, avant de lui fournir la réponse, au besoin.
  1. La soustraction :
  • À l’oral : Entendre ce qu’il reste si l’on retire le premier son du mot;
  • À l’écrit : Avec les lettres mobiles, retirer le premier son (= lettre ou lettres) du mot écrit et lire ce qu’il reste;
  1. La segmentation :
  • À l’oral : Découper un mot entendu en sons (c.-à-d. parler comme un paresseux!);
  • À l’écrit :
    • Séparer les lettres mobiles en sons (lettres isolées pour les sons simples et groupes de lettres pour les sons complexes);
    • Écrire le mot cible pour l’enfant: mettre des points sous les sons simples (= lettres isolées) et entourer les sons complexes (= plusieurs lettres) puis accompagner vocalement l’enfant pour les produire à l’oral;
    • Dicter des syllabes à l’enfant : découper la syllabe cible en sons que l’enfant doit écrire. Deuxième étape : dicter 2-3 syllabes successives…
  1. La fusion :
  • À l’oral : Écouter les sons produits par l’adulte et identifier le mot correspondant;
  • À l’écrit :
    • Prendre deux lettres mobiles, faire les sons respectifs, faire glisser la première lettre pour toucher la deuxième, puis produire la syllabe obtenue;
    • Successivement associer les lettres isolées et les groupes de lettres à leurs sons respectifs puis reconnaître le mot correspondant.

En prime : Visitez le site du Maxetom : http://www.maxetom.com/jeux_lecture

C’est gratuit et sans inscription! Il y a un beau mélange d’activités visuelles et « sonores », comprenant les lettres, les syllabes et les sons, pour accompagner votre enfant vers la lecture.

 

 

En conclusion, d’après Smith et collab., dès le préscolaire l’on peut distinguer les enfants avec et sans difficulté d’acquisition de la lecture à partir de leurs résultats aux tâches de connaissance des lettres, de conscience phonologique et de dénomination rapide. Par contre, au-delà de la maternelle, seules les difficultés en conscience phonologique demeurent prédicatrices de difficultés en apprentissage de la lecture.  Alors, une fois l’alphabet et les syllabes maîtrisés, vivent les jeux de conscience phonémique!

 

Références :

Shayne B. Piasta, Laura M. Justice, Anita S. McGinty, Joan N. Kaderavek. Increasing Young Children’s Contact With Print During Shared Reading: Longitudinal Effects on Literacy Achievement. Child Development, 2012. Ohio State University. « Preschoolers’ reading skills benefit from one modest change by teachers. » ScienceDaily. ScienceDaily, 17 April 2012.

Smith et collab. (2008). Disabled Readers’ Performance on Tasks of Phonological Processing, Rapid Naming, and Letter Knowledge Before and After Kindergarten. Learning Disabilities Research & Practice, 2008; 23 (3): 113.

www.sites.fse.ulaval.ca/INDISSE