Révision du français en 4e année du secondaire

Déjà quatre années de complétées ! Plus qu’une dernière étape et le secondaire sera bientôt chose du passé (pas ce que vous aurez appris, espère-t-on cependant !). En 4e année du secondaire, on consolide les acquis de l’élève en complexifiant son niveau de lecture, d’écriture et de communication orale. Nous vous proposons ici une révision du français en 4e année du secondaire. Ces savoirs sont conformes au Programme de formation de l’école québécoise, disponible sur le site du ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur.

 

Les genres littéraires étudiés en 4e année du secondaire

 

En 4e année du secondaire, on mise de plus en plus sur l’importance de l’écriture. Les genres littéraires à l’étude sont la nouvelle ou le roman (fantastique, initiatique, psychologique, de science-fiction) et la nouvelle ou le récit (fantastique, psychologique ou de science-fiction) original ou inspiré d’un film. À la lecture, l’élève étudie leurs caractéristiques : ses champs d’intérêt, ses genres préférés, ses connaissances littéraires (lien avec son répertoire personnalisé), l’efficacité de ses stratégies de lecture et d’écoute. Il étudie aussi, entre autres éléments, le contexte historique ou socioculturel de production (à distinguer de l’époque durant laquelle se déroule le récit). Il apprend à écrire un récit à la 1re personne et à reconnaître des marques de l’attitude du narrateur par rapport aux personnages, par rapport à son propos. Enfin, il étudie le poème lyrique et engagé et la pièce de théâtre. Bref, il aura beaucoup appris cette année !

 

 

La pondération sur le bulletin de 4e secondaire est la même que celle de la 1re à la 3e secondaire. Elle va comme suit : Lire et apprécier des textes variés (40 %), écrire des textes variés (40 %) et communiquer oralement selon des modalités variées (20 %).

 

À la fin de la 4e année de son secondaire, votre enfant devrait être en mesure de :

 

  • Utiliser le bon lexique pour les noms d’établissements, événements, de fêtes, de marques de commerce, de médias d’information, etc. (ex. : la visite du Parlement, la Fête du travail, une Toyota, le journal Le Monde).
  • Reconnaître les nuances de sens (ex. : couleur, coloris, teinte).
  • Reconnaître la variété de la langue (ex. : automobile, voiture, bagnole, bazou).
  • Distinguer l’emploi à l’oral et à l’écrit.
  • Reconnaître et utiliser des sigles et acronymes (ex. : Société Radio-Canada→SRC ; cégep ; ONU).
  • Reconnaître les emprunts (ex. : wapiti, yogourt, rafle) et l’emploi de régionalismes (ex. : débarbouillette, dispendieux, poutine) ; les emprunts critiqués et les anglicismes (ex. : chum, line up, appointement).
  • Utiliser les pronoms je ou il comme seul nom de narrateur dans un récit.
  • Être attentif aux nuances de sens d’un verbe (ex. : gravir, escalader).
  • Utiliser le pluriel des noms propres (ex. : la fête des Lachance ; on a volé deux Picassos à Amsterdam) et des noms propres composés.
  • Utiliser le nombre approprié des infinitifs employés comme substantifs (ex. : des allers et retours, les savoir-faire).
  • Accorder les déterminants souvent en opposition avec d’autres classes de mots (ex. : tout) à l’aide des manipulations syntaxiques.
  • Utiliser les nuances de sens (ex. : irrespectueux, insolent, effronté).
  • Utiliser les préfixes et suffixes à valeur méliorative (ex. : superpuissant) et péjorative (ex. : –ard : chauffard ; –onne : brouillonne).
  • Reconnaître l’antithèse (ex. : l’histoire est belle, la réalité l’est moins), l’euphémisme (ex. : un pays émergent pour un pays pauvre), l’hyperbole (ex. : Je suis crevée!; C’est un pic, c’est un cap, c’est une péninsule [pour le nez] !, Edmond Rostand) et la métonymie (ex. : Ces jeunes s’en vont à la mort pour à la guerre).
  • Accorder l’adjectif avec un groupe nominal dont le noyau est un nom collectif (ex. : un groupe d’électeurs favorables/favorable).
  • Utiliser les verbes en –indre et –soudre (ex. : craindre, peindre, résoudre), les verbes en –oir (ex. : émouvoir, décevoir, recevoir, s’asseoir) et les verbes vaincre, convaincre, rompre, corrompre et interrompre.

…et bien plus !

Enfin, en plus des temps verbaux qui lui ont déjà été enseignés , l’élève apprend en 4e année du secondaire les valeurs modales de l’impératif et du subjonctif pour exprimer un ordre, un souhait, etc., ainsi que les  valeurs modales de certains emplois du futur et du conditionnel (ex. : Ce serait la solution.).

 

Voici une vidéo qui explique l’accord des déterminants, responsables de nombre d’erreurs. C’est le moment de ne plus se faire prendre.

Enfin, la 4e année du secondaire est importante et prépare l’élève à sa dernière année avant sa formation professionnelle. C’est le temps de mettre les bouchées doubles et d’assimiler toute la matière. Vous trouverez ici des exercices de révision en français.

Et pour pratiquer vos accords de toutes sortes et vos règles de grammaire, voici une foule d’exercices pour vous pratiquer.

 

Stratégies de lecture

 

Puisque la lecture est une partie importante de la 4e année du secondaire, voici donc quelques stratégies pour aider l’élève à développer ses compétences en lecture :

-Orienter sa lecture en fonction d’intentions et de besoins (quelle information l’élève doit-il dégager du texte ?)

-Déterminer sa manière de lire (faire un survol ou une lecture intégrale en tenant compte de ce qui est demandé dans le travail)

-Prévoir une ou plusieurs façons de noter des éléments significatifs (réactions, questions, associations, sources consultées, citations, concepts unificateurs)

-Activer ses connaissances générales ou spécifiques (sur le texte et l’auteur, par exemple, et reconnaître des effets particuliers dans le texte qui permettent de créer des effets particuliers)

-Déterminer les éléments à considérer (Quels sont le sujet et le genre du texte ? Qui en est l’auteur ?)

-Anticiper le contenu à partir d’indices (quatrième de couverture, table des matières)

-Au fil de la lecture, dégager l’information qui ressort du texte, ses idées nouvelles (qu’est-ce que j’apprends en lisant ce texte)

-Développer un champ lexical autour du thème pour ainsi identifier toutes les informations qui s’y rapportent

-Faire un tableau avec toutes informations qui se dégagent du texte, selon chaque paragraphe

 

Et vous trouverez ici des trucs pour une lecture efficace !

Cet article donne d’excellents conseils pour que l’élève assimile plus facilement les mots de vocabulaire. L’orthophoniste qui l’a rédigé incite de plus l’élève à comprendre ce qu’il apprend, non pas seulement à emmagasiner l’information.

 

Le MMES met aussi à votre disposition un site sur lequel vous avez accès à des livres numériques, autant de fiction que de non-fiction et rédigés par des auteurs francophones provenant du Québec, du Canada et du monde entier. Vous n’avez qu’à sélectionner le secondaire 4 et le niveau de difficulté souhaité. Vous pouvez aussi y inscrire des mots clés sur des thématiques qui intéresseront votre enfant.

 

Liens utiles :

 

– L’élève entamera bientôt la dernière année de son secondaire. Ce sera le temps de faire un choix sur le cégep qu’il souhaite fréquenter et le domaine d’études qui l’intéresse. Cet article vous explique les différences entre le secondaire et le collégial.

– L’élève peut pratiquer sa grammaire grâce à ces dictées, selon les éléments que l’élève souhaite travailler. Par exemple, il peut pratiquer les accords de verbes, les majuscules, la négation, etc.

Références :

[1] Ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur (MÉES). Programme de formation de l’école québécoise. http://www.education.gouv.qc.ca/enseignants/pfeq/secondaire/

http://www.education.gouv.qc.ca/fileadmin/site_web/documents/education/jeunes/pfeq/PFEQ_presentation-deuxieme-cycle-secondaire.pdf